YESTERDAY IN FRANCE TODAY IN UK

Pendant mon année de licence, je n’ai pas arrêté de m’imaginer partir à l’étranger pour y étudier. Après longue réflexion, j’étais plus que déterminé à partir, vivre une expérience folle et fantastique et apporter à mon CV une richesse que tout le monde n’a pas. Evidemment, entre le rêve, l’ambition et l’accomplissement, il y a un monde truffé d’obstacles.

J’ai aujourd’hui la chance inestimable d’avoir été accepté dans la prestigieuse université de Coventry, en Angleterre. Chance ? Pas seulement.

De très nombreux obstacles se sont présentés pour y arriver. Comme passer des examens d’anglais, tels que le TOEFL ou l’IELTS par exemple. Les universités à l’étranger n’acceptent que les bons niveaux d’anglais et c’est grâce à cela qu’ils peuvent évaluer notre capacité à pouvoir étudier dans une université anglophone. Malgré un solide entrainement dans une famille anglaise pendant 2 semaines, malgré l’investissement et les moyens fournis, je n’avais malheureusement pas obtenu les points qu’il fallait et Coventry University a décidé de me faire passer un entretien téléphonique en anglais en me posant diverses questions. Et quelle joie quand je reçus une notification de leur part me disant que c’était ok. Il me restait qu’une chose à valider, l’obtention de la licence.

Partir à l’étranger demande énormément d’organisation, il faut penser à tout pour être prêt au moment du départ. Sans avoir encore acquis ma licence, je me mis à chercher un logement. Je partais sur les résidences universitaires de Coventry mais ce fut beaucoup trop cher pour mes modestes moyens. Alors, sur plusieurs conseils d’amis et de famille, je commençai à chercher des maisons ou appartement en collocation. Pour l’Angleterre, des sites tels que Spareroom ou Roomates proposent des annonces de collocations. Mais on ne peut se décider qu’en regardant les photos. Il faut absolument aller visiter. C’est pourquoi j’ai pris un week-end et quelques jours pour aller entre autres visiter les logements que j’avais sélectionnés au préalable. Je dis entre autres car je suis également allé visiter l’université, les différents bâtiments, et la ville en elle-même… Bon de toute façon la ville je n’avais pas le choix de la visiter car chaque logement que je visitais n’était pas à côté. Mais ce fut plus qu’utile car aujourd’hui, étant sur place, je me rends compte qu’avoir ses repères c’est primordial. Merci quand même au passage à Maps pour m’avoir guidé… Après deux jours de visite, j’avais fait mon choix : une super maison en collocation à moins de 10 min en bus de l’université. Point important : pas de francophones : Un italien, un bulgare et un anglais. Je voulais cela absolument pour parler anglais 100% de mon temps. Essentiel pour progresser rapidement.

Je profitai de ce passage à Coventry pour commencer à distribuer mes CV à plusieurs points de vente comme les magasins de vêtements, hôtels, fast food, ou encore supermarchés. Mais ce fut une erreur car je n’ai jamais été rappelé. En effet, une fois sur place je me rendis très vite compte que les recruteurs veulent sur le CV une adresse de domicile et surtout un numéro de téléphone anglais. Ce que je n’avais évidemment pas encore.

Alors, j’ai été obligé d’acheter un téléphone pour maxi £15 et une carte SIM pour avoir un numéro anglais. C’était en effet la bonne solution car après avoir redonné mes CV avec mes coordonnées anglaises, je fus contacté pour plusieurs entretiens chez notamment New Look ou encore JD Sports. Je suis dans l’attente de réponses mais pas d’inquiétude, cela fait moins d’une semaine… De plus, pour pouvoir travailler en Angleterre, il faut le « National Insurance Number », un numéro d’identification obligatoire, et un compte bancaire anglais.

Aujourd’hui, après plusieurs rendez-vous et beaucoup d’administratif, j’ai mon numéro national, j’ai mon compte bancaire ouvert, et la rentrée s’est passée aujourd’hui en ce lundi 25 Septembre 2017. Dans l’attente d’un job pour me faire de l’argent les week-ends (en moyenne £7 l’heure), je suis plus que déterminé à bosser mon master, parler anglais couramment, et m’éclater…

Cette semaine se déroulent les « Freshers week », une semaine de folie à l’université où soirées organisées se présentent, stands pour associations sportives, réductions de différents genres tels que Dominos Pizza, Netflix, etc… Et étant joueur de tennis de table en France, je m’occupe du stand de tennis de table pour l’université avec les étudiants déjà membres de la « Society ». Ah oui, j’ai aussi trouvé un club de tennis de table à Coventry qui ne veut qu’une chose, me voir jouer avec eux dans leurs équipes. Le tennis de table français est tellement bien vu à l’étranger, j’en fus agréablement surpris !

Désormais, j’ai ma carte étudiant en poche et je suis prêt à obtenir les meilleurs résultats possibles à Coventry University.

Je tiens sincèrement à remercier Monique Peltier de Chrismo Consulting & Training qui m’a aidé à trouver cette université, et qui a répondu à toutes les nombreuses questions que j’avais. Sans Chrimo Consulting & Training, je n’aurais pu atteindre tout cela.

 

Prochaine étape : Validation du part-time job, début des cours le 2 octobre… Come on !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s